L’avis du patron de Betclic sur les distorsions de concurrence de la FDJ dans les jeux en ligne

L’avis du PDG de Betclic sur les distorsions de concurrence de la FDJ dans les jeux en ligne
Dans une interview accordée à La Tribune, Nicolas Béraud, PDG de Betclic et président de l’Afjel (Association française des jeux en ligne), exprime ses inquiétudes concernant les distorsions de concurrence engendrées par la Française des Jeux (FDJ) dans le secteur des jeux en ligne.
Nicolas Béraud souligne d’abord que la FDJ, en tant qu’opérateur historique bénéficiant d’un monopole exclusif sur les jeux de loterie, jeux de tirage et jeux instantanés, occupe déjà une position privilégiée sur le marché. Cependant, la FDJ propose également des jeux ouverts à la concurrence, ce qui crée une première distorsion de concurrence. En effet, en utilisant sa marque « Parions Sport » dans les points de vente réservés à ses activités en monopole, la FDJ fait la promotion de ses autres activités ouvertes à la concurrence. De plus, les comptes des joueurs sont les mêmes, qu’ils jouent sur les jeux du monopole ou sur des jeux ouverts à la concurrence, ce qui permet à la FDJ de transférer sa base de données clients à toutes ses activités pour les booster, créant ainsi une deuxième distorsion de concurrence.
L’annonce du rachat du groupe suédois Kindred par la FDJ, pour un montant de 2,6 milliards d’euros, est une source d’inquiétudes supplémentaires pour les opérateurs de l’Afjel. En effet, cela risque de déséquilibrer encore plus le marché français, déjà fragilisé par les distorsions de concurrence existantes. Il reste à voir comment l’Autorité de la concurrence réagira à cette opération.
Nicolas Béraud propose de rétablir un équilibre « fair » entre tous les opérateurs en corrigant les distorsions existantes. Il souhaite également que tous les opérateurs, y compris la FDJ, soient autorisés à proposer des jeux de casino en ligne et des jeux de hasard, comme c’est le cas dans d’autres pays européens. Cela permettrait de rééquilibrer la filière et de permettre aux petits opérateurs de se développer. Il souligne également la nécessité de lutter contre l’offre illégale de jeux en ligne, qui représente un marché colossal en France. Selon lui, il est urgent de réglementer cette activité afin de protéger les joueurs et de lutter contre le blanchiment d’argent et la fraude.
En conclusion, Nicolas Béraud est préoccupé par les distorsions de concurrence créées par la FDJ dans les jeux en ligne en France. Il appelle à rétablir un équilibre « fair » entre tous les opérateurs et à réglementer l’offre illégale de jeux en ligne. Il propose également d’autoriser tous les opérateurs à proposer des jeux de casino en ligne, afin de rééquilibrer la filière et de permettre aux petits opérateurs de se développer. Il reste à voir si ces propositions seront prises en compte par l’Autorité de la concurrence et les pouvoirs publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut